c-L’extrusion

Nous avons choisi de réaliser un système robuste, capable d’extruder un cordon d’argile à partir de pains standards du marché !

L’impression 3d de l’argile repose sur l’extrusion et l’alimentation de la tête d’impression.
Le choix du type d’imprimante est secondaire !
Il s’agit d’alimenter la tête d’impression de l’imprimante avec un cordon d’argile de quelques mm de diamètre qui sera déposé couche après couche !

La consistance de l’argile

Beaucoup d’utilisateurs alimentent leur imprimante 3d avec une argile molle, presque crémeuse… C’est la cas surtout chez les anglo-saxons qui ont l’habitude de formuler eux-mêmes la composition de leur pâte, alors qu’en Europe et particulièrement sur sa partie méditerranéenne, Espagne, France, Italie,… on se procure prioritairement l’argile en pain dit de consistance « tournage », c’est à dire assez ferme. aa

La consistance de l’argile pose questions : cela dépend bien entendu de la forme à réaliser et de ses dimensions, mais pas seulement.
Il est nécessaire que chaque couche adhère parfaitement à la précédente.
Trop dure, on risque une mauvaise adhérence, des fentes ou des manques, …
Trop molle, risque d’effondrements, retrait trop important, déformation au séchage,….

Tout ceux qui se sont coltinés avec un argile un peu trop dure savent combien il est difficile de la ramollir ! Sans machine puissante, de type boudineuse ou malaxeur, à la main, on ne peut que se contenter de quantités très limitées, avec beaucoup d’efforts.

La signature 3d : lorsqu’on observe une pièce imprimée en 3d, on remarque que sa surface est striée. C’est le dépôt des couches successives d’argile qui laisse cette trace.
Sur un forme aux parois régulières, on peut toujours par un simple coup d’éponge, ou par ponçage, les faire disparaitre. Mais c’est évidemment impossible si la surface est complexe, composées de multiples facettes. On peut s’en accommoder ou le regretter.
La question reste en suspend ! Y a t-il un moyen d’éviter cette « signature » indésirable ?
Nous publierons les réponses, contactez-nous !

L’extrudeur à piston

Facile à nettoyer. On peut y glisser la main… Passer un éponge
30 à 40cm de long pour la quantité d’argile disponible : inutile de recharger trop souvent.
Utiliser l’argile qui sort directement des pains, à consistance tournage, d’où une pression du piston adaptée.
Voir Jetclay clay extruder

Le cordon produit est relié à la tête d’impression par un tube souple. Le piston est placé à côté de la machine et indépendant.

La tête d’impression

La tête d’impression peut être une simple buse, comme celles utilisée pour les soufflettes d’air comprimé.
Pour une meilleure maîtrise de l’alimentation, il faudra prévoir un système à vis sans fin tels que ceux proposés par Cerambot ou Stone Flower
Notre prototype est en cours de tests.